PDF La liberté de circulation vue par le traite de l union européenne -Libre circulation des marchandises - European Parliament - europaeu







PDF La liberté de circulation vue par le traite de l union européenne -Libre circulation des marchandises - European Parliament - europaeu
Chose PDF link
PDF :1 PDF :2 PDF :3 PDF :4 PDF :5



source http://www.etudes-fiscales-internationales.com/media/02/00/1634419073.2.pdf

Revirement de jurisprudence??? La taxation forfaitaire de l article 164C CGI est contraire à la liberté de circulation des capitaux L arrêt Kramer du 26 décembre 2013 Les faits M. et Mme B...A..., de nationalité

La liberté de circulation vue par le traite de l'union européenne

[PDF] La liberté de circulation vue par le traite de l'union européenne etudes fiscales internationales media 1634419073 2 pdf
PDF

La libre circulation des personnes - La Fondation Robert Schuman

[PDF] La libre circulation des personnes La Fondation Robert Schuman robert schuman eu doc questions d qe 419 pdf
PDF

la libre circulation des européens - Institut Jacques Delors

[PDF] la libre circulation des européens Institut Jacques Delors institutdelors eu libertecirculation menghiquere ijd nov16 pdf
PDF

La libre circulation des personnes dans l'Union européenne - ORBi

[PDF] La libre circulation des personnes dans l'Union européenne ORBi orbi uliege be bitstream Libre 20circul 20JDE2006 pdf
PDF

Libre circulation des marchandises - European Parliament - europaeu

La libre circulation des marchandises, la première des quatre libertés les obstacles restants à la libre circulation en vue de créer le marché intérieur, un
PDF









MASTERISATION DE LA FORMATION INITIALE DES ENSEIGNANTS RAPPORT D ETAPE

Dossier - ORBi

1 sept 2013 En France, la réforme de la masterisation de la formation des proposée dans le cadre de la formation initiale des enseignants peut permettre  principaux acteurs de la formation initiale des enseignants les directeurs des IUFM, les

Article en PDF - Formation et profession

1 sept 2013 En France, la réforme de la masterisation de la formation des proposée dans le cadre de la formation initiale des enseignants peut permettre 
PDF

Les TICE dans la formation initiale des enseignants - OECD

principaux acteurs de la formation initiale des enseignants les directeurs des IUFM, les enseignant doit justifier de l'obtention d'un diplôme de master
PDF

La Formation des Enseignants en Afrique Francophone Sub

23 sept 2011 FORMATION INITIALE DES ENSEIGNANTS DE MATHÉMATIQUES 35 inscrits au laboratoire pour des études de master ou doctorales 6
PDF

Les ESPE et la formation continue - R-ESPE

formation initiale ne peut développer sérieusement un certain nombre de compétences, tant pour Pratiques et ingénierie de la formation » du master Meef
PDF

posture « seconde - R-ESPE

Cet article aborde l'évolution du rapport au savoir et des croyances des enseignants en formation initiale au cours de l'élaboration du mémoire de master
PDF

Dossier - ORBi

Formation initiale » Vers une masterisation de la logopédie ! Un précédent article consacré aux changements annoncés en termes d'organisation des soins de 
PDF


Nous ajoutons toutefois quelques textes plus anciens que nous avons pu retrouver.

Classification des questions d’évaluation et cadre de

uniba it ricerca dipartimenti scienze Nous allons maintenant donner un exemple d’analyse de texte sur un texte du programme en suivant les étapes que nous avons décrites Nous ajoutons toutefois un travail préparatoire sur le lexique et quelques révisions de grammaire Il s’agit de relever

INDICATIONS POUR UNE MÉTHODE D’ANALYSE DE TEXTE Dottssa

uniba it ricerca dipartimenti scienze Nous allons maintenant donner un exemple d’analyse de texte sur un texte du programme en suivant les étapes que nous avons décrites Nous ajoutons toutefois un travail préparatoire sur le lexique et quelques révisions de grammaire Il s’agit de relever les noms définir le genre et le nombre;
PDF

Analyse de l intelligibilité de textes prescriptifs

researchgate profile Jacques Lecavalier Nous ne prétendons toutefois pas proposer un modèle de réécriture montrer comment des textes deviennent plus intelligibles lorsque certaines microstructurelle (LiMiauque) l nous
PDF

Documentation sur la Révolution dans l’Eglise

marcel lefebvre tam pdf francese sintesi 2005 Voici les citations les plus modernistes du Pape Benoît XVI, de 2005 à 2009 Ceci est une synthèse, vous trou verez les textes complets sur notre site Nous ajoutons ici quelques textes d’autres auteurs, publiés également par l’Osservatore Romano
PDF

Lire des textes d’élèves: une approche longitudinale centrée

core ac uk download pdf 20650767 pdf 2 Pour faciliter l’analyse et la lecture des textes des élèves, l’orthographe est rectifiée La ponctuation, la morphologie verbale et la disposition du texte sur la page sont respectées Nous ajoutons toutefois une majuscule et un point au début et à la fin de chaque texte qui ne présentent pas ces marques
PDF

POUR UNE BIOGRAPHIE DU P PHILIPPE DE LA TR IN IT É

dialnet unirioja es descarga articulo 5363424 pdf celles ci nous ajoutons la lettre 11 Nous avons toutefois admis l’usage actuel de la ponctuation et des Il n’y peut y avoir de doute non plus que quelques
PDF

LES CIRCUITS COURTS DE COMMERCIALISATION EN AGRICULTURE

researchgate profile Yuna Chiffoleau Nous nous basons ensuite sur des textes juridiques De plus, en amont, quelques multinationales contrôlent la production de premiers critères auxquels nous ajoutons l’idée d
PDF

La Symbolique des Archetypes dans la Mythologie Phenicienne

phoenicia pdf s Livre1 pdf plus moderne de la sensibilité esthétique, les sociologues, les ethnologues, les Nous ajoutons que les correspondances troublantes entre les symboles évolués
PDF

Classification des questions d’évaluation et cadre de

antoinebodin files wordpress 2016 07 Les textes qui suivent sont pour la plupart empruntés aux documents de l’OCDE (cf références) Toutefois leur présentation constitue une adaptation libre De plus, la traduction française des documents originaux nous paraissant souvent fautive, nous avons souvent utilisé le texte anglais
PDF


Revirement de jurisprudence??? La taxation forfaitaire de l'article 164C CGI est contraire à la liberté de circulation des capitaux L'arrêt Kramer du 26 décembre 2013 Les faits M

  • et Mme B

de nationalité allemande et domiciliés à Monaco

ont été imposés à l'impôt sur le revenu en France au titre des années 1998 et 1999

en application du premier alinéa de l'article 164 C du code général des impôts précité

sur une base forfaitaire égale à trois fois la valeur locative réelle du bien immobilier dont ils sont propriétaires à Odratzheim (Bas-Rhin) ; Convention avec Monaco (format PDF) Convention avec Monaco

  • - successions (format PDF) M
  • et Mme A

ont contesté les impositions mises à leur charge et les pénalités correspondantes ; la cour administrative d'appel de Marseille a annulé ce jugement et accordé aux requérants la décharge des impositions et pénalités en litige ; Le conseil confirme Conseil d'état

  • 9ème et 10ème ssr

26/12/2013

Aff Kramer M

Olivier Japiot

  • rapporteur M

Frédéric Aladjidi

  • rapporteur public Les faits
  • 1 La liberté de circulation vue par le traite de l'union européenne
  • 1 L'arrêt évolutionnaire de la CJUE du 13 mars 2014 aff M Bouanich
  • 2 Les jurisprudences antérieures
  • 2 Le revirement de jurisprudence du conseil
  • 2 Les conséquences de cette décision peuvent être considérables
  • 3 Conseil d'État N du 26 décembre La liberté de circulation vue par le traite de l'union européenne Les textes communautaires 1/10

L'article 63 du Traité sur le Fonctionnement de l'UE (TFUE) pose le principe selon lequel toutes les restrictions aux mouvements de capitaux entre Etats membres et entre les Etats membres et les pays tiers sont prohibées

Toutefois

une exception est prévue par la «clause de gel» de l'article 64 du TFUE : cette clause autorise en effet les Etats membres à maintenir une restriction à la liberté de circulation des capitaux lorsque (i) la restriction existait au 31 décembre 1993 et (ii) elle concerne des investissements directs

y compris les investissements immobiliers

La question fondamentale

qui avait donné lieu à une jurisprudence contrastée

était la suivante : un investissement immobilier de type patrimonial constituait-il un «investissement direct» au sens de l'article 64 du TFUE? L'arrêt évolutionnaire de la CJUE du 13 mars 2014 aff M Bouanich CJUE C-375/12

  • 13 mars 2014 Margaretha Bouanich La liberté de circulation des capitaux interdit de refuser de prendre en compte une retenue a la source payée à un fisc étranger pour déterminer les impôts permettant de calculer le plafonnement de l'ISF Les jurisprudences antérieures Le TA de Montreuil avait jugé le 25 février 2011 que des personnes résidentes d'Etats tiers à l'UE devaient bénéficier d'un traitement fiscal identique à celui qui s'appliquait aux résidents de France

Le tribunal avait écarté l'application de la «clause de gel»

au motif que les investissements immobiliers n étaient pas des «investissements directs» au sens de la nomenclature européenne

Le Conseil d'Etat

dans un arrêt Holzer du 28 juillet 2011

avait jugé en sens inverse au motif que l'article 64 du TFUE vise les «investissements directs

y compris les investissements immobiliers»

La CAA de Marseille

suivant sa jurisprudence traditionnelle et infirmant le TA de Nice dans quatre arrêts du 13 mars 2012

a jugé que la «clause de gel» n était pas applicable en cas d'investissements immobiliers purement patrimoniaux

Cour Administrative d'appel de Marseille

24/04/2012

08MA04100

Mme FELMY

  • président Mme Anita HAASSER
  • rapporteur M

rapporteur public Le revirement de jurisprudence du conseil Conseil d'état

  • 9ème et 10ème sous-sections réunies

26/12/2013

Olivier Japiot

  • rapporteur M

Frédéric Aladjidi

rapporteur public 2/10

Par un arrêt n C-181/12

Yvon Welte

  • du 17 octobre 2013

la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) a jugé que si les notions d'investissements directs et d'investissements immobiliers n étaient pas définies par le traité

il ressortait de l'énumération figurant dans la rubrique I de l'annexe I de la directive 88/361/CEE du 24 juin 1988 et des notes explicatives s'y rapportant que la notion d'investissement direct concernait les investissements auxquels procèdent les personnes physiques ou morales et qui servent à créer ou à maintenir des relations durables et directes entre le bailleur de fonds et l'entreprise à qui ces fonds sont destinés en vue de l'exercice d'une activité économique et qu il ressortait de l'intitulé même de la rubrique II de cette annexe que les investissements immobiliers visés à cette rubrique ne comprenaient pas les investissements directs visés à la rubrique I de cette annexe

La Cour en a déduit que

lorsqu il se réfère aux investissements directs

y compris les investissements immobiliers

  • l'article 57

paragraphe 1 du traité instituant la Communauté européenne (TCE) vise les seuls investissements immobiliers qui constituent des investissements directs relevant de la rubrique I de l'annexe I de la directive 88/361 et qu en revanche

des investissements immobiliers de type patrimonial

effectués à des fins privées sans lien avec l'exercice d'une activité économique

ne relèvent pas du champ d'application de cet article

En l'espèce

  • résidents monégasques
  • de nationalité allemande

propriétaires en France d'une résidence secondaire et qui ont été imposés à l'impôt sur le revenu en France en application du premier alinéa de l'article 164 C du code général des impôts

l acquisition de cette résidence secondaire

qui n a pas été effectuée en vue de l'exercice d'une activité économique

ne constitue pas un investissement direct au sens de l'article 57

  • paragraphe 1

Par suite

le ministre ne peut se prévaloir de la possibilité

  • prévue par ces stipulations

de maintenir des restrictions aux mouvements de capitaux à destination ou en provenance des pays tiers existant au 31 décembre Les conséquences de cette décision peuvent être considérables

La décision du Conseil d'Etat semble signer la suppression de l'article 164 C

Toutefois

l'inexistence d'accord d'échange de renseignements avec un pays tiers peut justifier une atteinte à la liberté de circulation des capitaux (CJUE

18 déc

Statteverket c

C-101/05)

L'autre problème

  • plus important en pratique

consiste à savoir si la décision produit un effet en matière de fiscalité des plus-values immobilières (CGI art

244 bis A)

en matière d'imposition sur la fortune certaines conventions exonèrent d'impôt sur la fortune certain résident e étranger ayant des immeubles en France Surtout

le conseil d'état va donner des idées à la banque mondiale qui gère les traites de protections des investissements et pour laquelle la réponse à la question 3/10

de savoir si les biens patrimoniaux peuvent bénéficier de la protection ne semble avoir été trouvé 4/10

Conseil d'État N du 26 décembre 2013 ECLI:FR:CESSR:2013: Mentionné dans les tables du recueil Lebon 9ème et 10ème sous-sections réunies M

Olivier Japiot

  • rapporteur M

Frédéric Aladjidi

  • rapporteur public SCP PIWNICA

MOLINIE

avocat(s) lecture du jeudi 26 décembre 2013 REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Vu le pourvoi

enregistré le 25 juin 2012 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat

présenté par le ministre de l'économie et des finances ; le ministre demande au Conseil d'Etat : 1 ) d'annuler l'arrêt n 08MA04100 du 24 avril 2012 par lequel la cour administrative d'appel de Marseille

après avoir annulé le jugement n du 15 avril 2008 du tribunal administratif de Nice

  • a déchargé M
  • et Mme B

des cotisations d'impôt sur le revenu auxquelles ils ont été assujettis au titre des années 1998 et 1999 et des pénalités correspondantes ; 2 ) réglant l'affaire au fond

  • de rejeter l'appel de M
  • et MmeA

; Vu les autres pièces du dossier ; Vu le Traité sur le fonctionnement de l'Union européenne ; Vu la convention fiscale conclue le 18 mai 1963 entre la République française et la Principauté de Monaco ; Vu la directive 88/361 du 24 juin 1988 ; Vu le code général des impôts et le livre des procédures fiscales ; Vu le code de justice administrative ; 5/10

Après avoir entendu en séance publique :

  • - le rapport de M

Olivier Japiot

Conseiller d'Etat

  • - les conclusions de M

Frédéric Aladjidi

rapporteur public ; La parole ayant été donnée

avant et après les conclusions

  • à la SCP Piwnica

Molinié

  • avocat de M
  • et Mme A

Considérant qu aux termes du paragraphe 1 de l'article 56 du traité instituant la Communauté européenne

dans sa rédaction issue du traité d'Amsterdam applicable à l'année d'imposition en litige

devenu article 63 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne : Dans le cadre des dispositions du présent chapitre

toutes les restrictions aux mouvements de capitaux entre les Etats membres et entre les Etats membres et les pays tiers sont interdites ; qu aux termes du paragraphe 1 de l'article 57 du traité instituant la Communauté européenne

devenu article 64 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne : L'article 56 ne porte pas atteinte à l'application

  • aux pays tiers

des restrictions existant le 31 décembre 1993 en vertu du droit national ou du droit communautaire en ce qui concerne les mouvements de capitaux à destination ou en provenance de pays tiers lorsqu ils impliquent des investissements directs

y compris les investissements immobiliers (

) ; qu aux termes du paragraphe 1 de l'article 7 de la convention fiscale entre la France et la Principauté de Monaco

signée le 18 mai 1963 : Les personnes physiques de nationalité française qui transporteront à Monaco leur domicile ou leur résidence

  • - ou qui ne peuvent pas justifier de cinq ans de résidence habituelle à Monaco à la date du 13 octobre seront assujetties en France à l'impôt sur le revenu des personnes physiques et à la taxe complémentaire dans les mêmes conditions que si elles avaient leur domicile ou leur résidence en France (

) ; qu aux termes de l'article 164 C du code général des impôts : Les personnes qui n ont pas leur domicile fiscal en France mais qui y disposent d'une ou plusieurs habitations

  • à quelque titre que ce soit

directement ou sous le couvert d'un tiers

sont assujetties à l'impôt sur le revenu sur une base égale à trois fois la valeur locative réelle de cette ou de ces habitations à moins que les revenus de source française des intéressés ne soient supérieurs à cette base

auquel cas le montant de ces revenus sert de base à l'impôt

Les dispositions du premier alinéa ne s'appliquent pas aux contribuables de nationalité française qui justifient être soumis dans le pays où ils ont leur domicile fiscal à un impôt personnel sur l'ensemble de leurs revenus et si cet impôt est au moins égal aux deux tiers de celui qu ils auraient à supporter en France sur la même base d'imposition

Considérant qu il ressort des pièces du dossier soumis aux juges du fond que M

  • et Mme B

de nationalité allemande et domiciliés à Monaco

ont été imposés à l'impôt sur le revenu en France au titre des années 1998 et 1999

en application du premier alinéa de l'article 164 C du code général des impôts précité

sur une base forfaitaire égale à trois fois la valeur locative réelle du bien immobilier dont ils sont propriétaires à Odratzheim (Bas-Rhin) ; que M

  • et Mme A

ont contesté les impositions mises à leur charge et les pénalités correspondantes ; que le tribunal administratif de Nice a rejeté leur demande par un jugement du 15 avril 2008 ; que le ministre de l'économie et des finances se pourvoit en cassation contre l'arrêt du 24 avril 2012 par lequel la cour administrative d'appel de Marseille a annulé ce jugement 6/10

et accordé aux requérants la décharge des impositions et pénalités en litige ; 3

Considérant que

pour accorder aux contribuables la décharge de l'imposition forfaitaire à laquelle ils ont été assujettis

en application de l'article 164 C du code général des impôts

à raison de leur habitation en France

la cour administrative d'appel s'est fondée sur ce que

du fait de la combinaison de ces dispositions avec les stipulations précitées du paragraphe 1 de l'article 7 de la convention fiscale entre la France et la Principauté de Monaco du 18 mai 1963

des ressortissants français placés dans la même situation n étaient pas assujettis à cette imposition et sur ce que cette différence de traitement constituait une atteinte à la liberté de circulation des capitaux incompatible avec les stipulations de l'article 56 du traité instituant la communauté européenne

sans que le ministre puisse se prévaloir de la possibilité

prévue par l'article 57 du même traité

de maintenir des restrictions aux mouvements de capitaux à destination ou en provenance des pays tiers existant au 31 décembre 1993

dès lors que l'investissement en litige n entrait pas dans le champ de cette stipulation ; 4

Considérant que par un arrêt C-181/12

Yvon Welte

  • du 17 octobre 2013

la Cour de justice de l'Union européenne a jugé que si les notions d'investissements directs et d'investissements immobiliers n étaient pas définies par le traité

il ressortait de l'énumération figurant dans la rubrique I de l'annexe I de la directive 88/361/CEE du 24 juin 1988 et des notes explicatives s'y rapportant que la notion d'investissement direct concernait les investissements auxquels procèdent les personnes physiques ou morales et qui servent à créer ou à maintenir des relations durables et directes entre le bailleur de fonds et l'entreprise à qui ces fonds sont destinés en vue de l'exercice d'une activité économique et qu il ressortait de l'intitulé même de la rubrique II de cette annexe que les investissements immobiliers visés à cette rubrique ne comprenaient pas les investissements directs visés à la rubrique I de cette annexe ; que la Cour en a déduit que

lorsqu il se réfère aux investissements directs

y compris les investissements immobiliers

  • l'article 57

paragraphe 1 vise les seuls investissements immobiliers qui constituent des investissements directs relevant de la rubrique I de l'annexe I de la directive 88/361 et qu en revanche

des investissements immobiliers de type patrimonial

effectués à des fins privées sans lien avec l'exercice d'une activité économique

ne relèvent pas du champ d'application de cet article ; qu il en résulte qu en jugeant

après avoir relevé que l'acquisition par M

  • et Mme A

d'une résidence secondaire en France n avait pas été effectuée en vue de l'exercice d'une activité économique

qu un tel investissement ne constituait pas un investissement direct au sens de l'article 57

  • paragraphe 1

du traité instituant la Communauté européenne

la cour administrative d'appel de Marseille

  • n a pas

contrairement à ce que soutient le ministre

  • commis d'erreur de droit ; 4

Considérant qu il résulte de ce qui précède que le ministre de l'économie et des finances n est pas fondé à demander l'annulation de l'arrêt qu il attaque ; 5

Considérant qu il y a lieu

dans les circonstances de l'espèce

de mettre à la charge de l'Etat la somme de 3000 euros à verser à M

  • et MmeA

au titre des dispositions de l'article L'du code de justice administrative ; 7/10

D'E C I D'E : Article 1er : Le pourvoi du ministre de l'économie et des finances est rejeté

Article 2 : L'Etat versera à M

  • et Mme A

une somme de euros au titre de l'article L'du code de justice administrative

Article 3 : La présente décision sera notifiée au ministre de l'économie et des finances et à M

  • et Mme B

Abstrats : COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES ET UNION EUROPÉENNE

RÈGLES APPLICABLES

LIBERTÉS DE CIRCULATION

LIBRE CIRCULATION DES CAPITAUX

  • - LIBERTÉ DE CIRCULATION DES CAPITAUX ENTRE LES ETATS MEMBRES ET ENTRE LES ETATS MEMBRES ET LES PAYS TIERS
  • - CLAUSE DE GEL (ARTICLE 57 1 DU TCE)
  • - 1) NOTION D'INVESTISSEMENT DIRECT
  • - DÉFINITION PAR LA CJUE [RJ1]
  • - CONSÉQUENCE
  • - INVESTISSEMENTS IMMOBILIERS DE TYPE PATRIMONIAL

EFFECTUÉS À DES FINS PRIVÉES SANS LIEN AVEC L'EXERCICE D'UNE ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE

  • - EXCLUSION DU CHAMP DE LA CLAUSE DE GEL
  • - 2) ESPÈCE
  • - IMPOSITION FORFAITAIRE DES PERSONNES PHYSIQUES NON FISCALEMENT DOMICILIÉES EN FRANCE MAIS Y DISPOSANT D'UNE OU PLUSIEURS HABITATIONS (ARTICLE 164 C DU CGI)
  • - ACQUISITION D'UNE RÉSIDENCE SECONDAIRE

NON EFFECTUÉE EN VUE DE L'EXERCICE D'UNE ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE

  • - INVESTISSEMENT DIRECT

- ABSENCE

  • - FACULTÉ DU MINISTRE DE SE PRÉVALOIR DE LA CLAUSE DE GEL
  • - ABSENCE [RJ2] CONTRIBUTIONS ET TAXES

IMPÔTS SUR LES REVENUS ET BÉNÉFICES

RÈGLES GÉNÉRALES

IMPÔT SUR LE REVENU

  • - IMPOSITION FORFAITAIRE DES PERSONNES PHYSIQUES NON FISCALEMENT DOMICILIÉES EN FRANCE MAIS Y DISPOSANT D'UNE OU PLUSIEURS HABITATIONS (ART
  • 164 C DU CGI)
  • - IMPOSITION CONTESTÉE AU REGARD DE LA LIBERTÉ DE CIRCULATION DES CAPITAUX
  • - ADMINISTRATION SE PRÉVALANT DE LA CLAUSE DE GEL (ART DU TCE)
  • - 1) NOTION D'INVESTISSEMENT DIRECT
  • - DÉFINITION PAR LA CJUE [RJ1]
  • - CONSÉQUENCE
  • - INVESTISSEMENTS IMMOBILIERS DE TYPE PATRIMONIAL

EFFECTUÉS À DES FINS PRIVÉES SANS LIEN AVEC L'EXERCICE D'UNE ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE

  • - EXCLUSION DU CHAMP DE LA CLAUSE DE GEL
  • - 2) ESPÈCE
  • - ACQUISITION D'UNE RÉSIDENCE SECONDAIRE

NON EFFECTUÉE EN VUE DE L'EXERCICE D'UNE ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE

  • - INVESTISSEMENT DIRECT

- ABSENCE

  • - FACULTÉ DU MINISTRE DE SE PRÉVALOIR DE LA CLAUSE DE GEL
  • - ABSENCE [RJ2]

Résumé : ) Par un arrêt n C-181/12

Yvon Welte

  • du 17 octobre 2013

la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) a jugé que si les notions d'investissements directs et d'investissements immobiliers n étaient pas définies par le traité

il ressortait de l'énumération figurant dans la rubrique I de l'annexe I de la directive 88/361/CEE du 24 juin 1988 et des notes explicatives s'y rapportant que la notion d'investissement direct concernait les investissements auxquels procèdent les 8/10

personnes physiques ou morales et qui servent à créer ou à maintenir des relations durables et directes entre le bailleur de fonds et l'entreprise à qui ces fonds sont destinés en vue de l'exercice d'une activité économique et qu il ressortait de l'intitulé même de la rubrique II de cette annexe que les investissements immobiliers visés à cette rubrique ne comprenaient pas les investissements directs visés à la rubrique I de cette annexe

La Cour en a déduit que

lorsqu il se réfère aux investissements directs

y compris les investissements immobiliers

  • l'article 57

paragraphe 1 du traité instituant la Communauté européenne (TCE) vise les seuls investissements immobiliers qui constituent des investissements directs relevant de la rubrique I de l'annexe I de la directive 88/361 et qu en revanche

des investissements immobiliers de type patrimonial

effectués à des fins privées sans lien avec l'exercice d'une activité économique

ne relèvent pas du champ d'application de cet article

  • 2) En l'espèce
  • résidents monégasques
  • de nationalité allemande

propriétaires en France d'une résidence secondaire et qui ont été imposés à l'impôt sur le revenu en France en application du premier alinéa de l'article 164 C du code général des impôts

l acquisition de cette résidence secondaire

qui n a pas été effectuée en vue de l'exercice d'une activité économique

ne constitue pas un investissement direct au sens de l'article 57

  • paragraphe 1

Par suite

le ministre ne peut se prévaloir de la possibilité

  • prévue par ces stipulations

de maintenir des restrictions aux mouvements de capitaux à destination ou en provenance des pays tiers existant au 31 décembre Résidents monégasques

  • de nationalité allemande

propriétaires en France d'une résidence secondaire et qui ont été imposés à l'impôt sur le revenu en France en application du premier alinéa de l'article 164 C du code général des impôts

  • 1) Par un arrêt n C-181/12

Yvon Welte

  • du 17 octobre 2013

la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) a jugé que si les notions d'investissements directs et d'investissements immobiliers n étaient pas définies par le traité

il ressortait de l'énumération figurant dans la rubrique I de l'annexe I de la directive 88/361/CEE du 24 juin 1988 et des notes explicatives s'y rapportant que la notion d'investissement direct concernait les investissements auxquels procèdent les personnes physiques ou morales et qui servent à créer ou à maintenir des relations durables et directes entre le bailleur de fonds et l'entreprise à qui ces fonds sont destinés en vue de l'exercice d'une activité économique et qu il ressortait de l'intitulé même de la rubrique II de cette annexe que les investissements immobiliers visés à cette rubrique ne comprenaient pas les investissements directs visés à la rubrique I de cette annexe

La Cour en a déduit que

lorsqu il se réfère aux investissements directs

y compris les investissements immobiliers

  • l'article 57

paragraphe 1 du traité instituant la Communauté européenne (TCE) vise les seuls investissements immobiliers qui constituent des investissements directs relevant de la rubrique I de l'annexe I de la directive 88/361 et qu en revanche

des investissements immobiliers de type patrimonial

effectués à des fins privées sans lien avec l'exercice d'une activité économique

ne relèvent pas du champ d'application de cet article

  • 2) Par suite
  • en l'espèce

l'acquisition par les intéressés d'une résidence secondaire en France

qui n a pas été effectuée en vue de l'exercice d'une activité économique

ne constitue pas un investissement direct au sens de l'article 57

  • paragraphe 1

Dès lors

le ministre ne peut se prévaloir de la possibilité

  • prévue par ces stipulations

de maintenir des restrictions aux mouvements de capitaux à destination ou en provenance des pays tiers existant au 31 décembre /10

10

  • [RJ1] CJUE
  • 17 octobre 2013

Yvon Welte

C-181/12

[RJ2] Comp

  • 28 juillet 2011

Ministre du budget

des comptes publics et de la fonction publique c/ M

  • et Mme Holzer

We use coockies Savoir plus Close